La Burrasca Production 30 chemin des rochettes, 37100 Tours.

Graphisme : Virginie Fremaux

               "MARÉE NOIRE"

                                          La balade des hurlantes nocturnes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Balade circassienne à 360° sur une grue de chantier

Musique live, contorsion, manipulation de grue, haute voltige et trapèze vacillant

50 minutes - tout publique

 

Dans ce nouveau spectacle La Burrasca reste entre femmes, mais cette fois-ci, elles transportent une grue,

leur grue, Marguerite !

« Dans le surprenant port de Brest, les grues ont un nom propre, chacune a son histoire. Nous, nous

avons la nôtre. C’est Elle qui nous charge et nous décharge de nos poids. C’est Elle qui nous fait tourner

au-dessus des toits. Elle nous apporte la stabilité de l’air puisque la stabilité de la terre est douteuse. Elle

nous extirpe du sol. »

« Marguerite est rude, elle grince, elle est froide, son métal est agressif. Pourtant, son mouvement en

cercle est gracieux. Elle repousse les limites de l’envol au trapèze ballant et étire les courbes de nos corps

d’acrobates. »

« Un murmure, une voix nous appelle. Marguerite s’impose, elle est splendide, tout autant que ce blues

d’hier. Je mort la poussière, j’avance, je tremble. Il fait bon ici, j’entre dans la fausse aux sirènes, aux

chanteuses de port, aux chercheuses d’or, l’endroit où enfin on se laisse emporter. »

« Dans ce décors post apocalyptique, nous questionnons notre avenir, vivantes, enragées, nous nous

libérons de nos chaines, pour mieux l’imaginer.»

 

« Décharge moi de mon passé, allège chacun de mes pas.

Je suis vivante et affamée, je sens que je fais le poids.

Tous mes appuis sont effacés, écoute ce silence qui croit.

Danse avec moi bête d’acier, dressons les voiles de nos émois. »

MARGUERITE

 

La grue, utilisée comme agrès de cirque, démultiplie le mouvement, et, par incidence, les mouvements des acrobates.

Elle est soit fluide, soit saccadée et imprévisible.

Elle provoque ainsi l’inertie, la surprise, le lâcher-prise, la propulsion.

Elle force aussi le vertige de la hauteur avec une certaine finesse, car son mât pivote librement, sans haubans, dans une circonférence à 360 degrés.

La grue, sorte de marionnette géante, est dépliée, assemblée, manipulée par quatre machinistes, quatre femmes, qui, à leurs tours se font emporter par la force démultipliée du bras de levier et du contrepoids.

En hauteur comme au sol, le corps, bougé par les différentes possibilités de la grue, se fait tordre, soulever, trainer et Marguerite deviens la cinquième acrobate, la marionnettiste.

Il se crée un ballet, une danse, d’abord utilitaire, puis de plus en plus désarticulée, guidée par l’intuition et l’adaptation permanente.

Enfin accordées, la machine offre l’appui, le contrepoids - et les corps, la souplesse, le lâcher-prise, l’envol.

Dossier artistique

Fiche technique

La Burrasca cherche UN/UNE REGISSEUR/REGISSEUSE POLYVALENT/E SPECIALISE/E SON pour début 2020.
FICHE DE POSTE
  • Artistes et co-auteur : Cléo Lanfranchi, contorsioniste, Lison Maillet, musicienne, Viola Grazioli et Alexia Fremaux trapézistes ballant. 

  • Mise en scène : Yann Ecauvre (Cirque Inextremiste) & Hugues Hollenstein (Escale)

  • Administration et Production : Karine Brianti 

  • Technicien son : Simon Remaud

  • Grue : Marguerite 

  • Création costume : Melinda Mouslim

  • Adaptation et construction structure : Guillaume Roudot