4 femmes se trouvent dans un futur bouleversé.

Leur monde a brûlé.

Et cette grue est là, majestueuse et survivante.

À la manière d'une marée noire qui s'échoue sur une plage, ces femmes s'accrochent à ce qu'elles peuvent. Leur passé leur colle à la peau mais elles ont un monde à laisser et un autre à refaire. Elles pouvaient être mère, ouvrière, citadine, amoureuse, immigrée ou acrobate.

 

Mais que sont-elles aujourd'hui ?

Quelles sont les valeurs qui peuvent continuer de les porter ?

Cette grue les aidera t'elle à reconstruire sans démolir ?

Mais comment ne pas se laisser dompter?

Comment laisser de côté les apanages d’une féminité dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas?

Dans ce décor post apocalyptique, nous questionnons notre avenir, vivantes, enragées, nous nous libérons de nos chaines, pour mieux l’imaginer.

 

Un murmure, une voix nous appelle.

Marguerite s’impose, elle est splendide, tout autant que ce blues d’hier.

Je mords la poussière, j’avance, je tremble.

Il fait bon ici, j’entre dans la fausse aux sirènes, aux chanteuses de port, aux chercheuses d’or, l’endroit où enfin on se laisse emporter.

 

« Décharge moi de mon passé, allège chacun de mes pas.

Je suis vivante et affamée, je sens que je fais le poids.

Tous mes appuis sont effacés, écoute ce silence qui croit.

Danse avec moi bête d’acier, dressons les voiles de nos émois. »

Titre 2

Marée Noire

« L'Amer Monte »

Balade circassienne à 360° sur une grue de chantier

Musique live, contorsion, manipulation de grue, haute voltige et trapèze vacillant

50 minutes - tout publique

La Grue "Marguerite"

Espace de jeu

Cercle de 20 mètres de diamètre au sol / 9,50 mètres de hauteur (pas de câbles électriques ou obstacles dans l’air)

Le sol doit être plat et plan.

 

Ancrage

1 points d’ancrage au sol, plusieurs options possibles :

• Pince, piquet de 1,20m à planter dans le sol (prévoir dans ce cas le plan des réseaux souterrains : électricité, gaz, eau…). Prévoir un perforateur pour les sols très durs! (béton,...) (pinces sont fournies par la compagnie)

• 1 bloc de béton de 1tonne sur palette en bois fourni par l’organisateur.

• 1 cuve d’eau de 1tonne sur palette en bois fournie par l’organisateur.

Montage

2h minimum avec l’aide de deux techniciens qualifiés pour le déchargement et le plantage des pinces.

Démontage

Environ 1h 30 avec l’aide de deux techniciens.

Fiche technique

Dossier artistique

Teaser 

 

La grue, utilisée comme agrès de cirque, démultiplie le mouvement, et, par incidence, les mouvements des acrobates.

Elle est soit fluide, soit saccadée et imprévisible.

Elle provoque ainsi l’inertie, la surprise, le lâcher-prise, la propulsion.

Elle force aussi le vertige de la hauteur avec une certaine finesse, car son mât pivote librement, sans haubans, dans une circonférence à 360 degrés.

La grue, sorte de marionnette géante, est dépliée, assemblée, manipulée par quatre machinistes, quatre femmes, qui, à leurs tours se font emporter par la force démultipliée du bras de levier et du contrepoids.

En hauteur comme au sol, le corps, bougé par les différentes possibilités de la grue, se fait tordre, soulever, trainer et Marguerite deviens la cinquième acrobate, la marionnettiste.

Il se crée un ballet, une danse, d’abord utilitaire, puis de plus en plus désarticulée, guidée par l’intuition et l’adaptation permanente.

Enfin accordées, la machine offre l’appui, le contrepoids - et les corps, la souplesse, le lâcher-prise, l’envol.

  • Artistes et co-auteur : Cléo Lanfranchi, contorsioniste, Lison Maillet, musicienne, Viola Grazioli et Alexia Fremaux trapézistes ballant. 

  • Mise en scène : Yann Ecauvre (Cirque Inextremiste) & Hugues Hollenstein (Escale)

  • Administration et Production : Karine Brianti 

  • Technicien son : Simon Remaud

  • Grue : Marguerite 

  • Création costume : Melinda Mouslim

  • Adaptation et construction structure : Guillaume Roudot

La Burrasca Production 30 chemin des rochettes, 37100 Tours.

Graphisme : Virginie Fremaux